Ces dernières années ont été signe de chamboulements dans les habitudes des vacanciers. Des contraintes budgétaires, de nouvelles envies, des changements climatiques ont amené les français à parfois changer leurs habitudes de vacances. TripandCo vous propose de retracer un siècle de vacances pour comprendre nos envies d’aujourd’hui et de demain et les comparer à celles de nos grand-parents.

Les vacances avant 1936

Jusqu’à lors, les vacances sont loin d’être une priorité. Seule une faible partie de la population, très aisée, se permet de partir en vacances et rarement à l’étranger. Les enfants n’ont alors qu’un seul mois de repos l’été, qui est parfois même facultatif, et qui était instauré pour aider les parents à travailler dans les champs. La grande majorité d’ouvriers et d’employés ne part pas en vacances, faute de temps et de moyens. Au sortir de la Première Guerre Mondiale, il faut reconstruire les régions les plus touchées et panser ses blessures, le temps est alors loin d’être aux vacances. Les seuls jours de congés étaient liés à des fêtes religieuses que la population célébrait sur place.

Les vacances de 1936 à 1960


L’année 1936 est bien sûr marquée par l’adoption de la loi sur les congés payés par le Front Populaire. Ils sont alors de 2 semaines. L’été 1936 est marqué alors par des départs en vacances, certes marginaux (essentiellement des jeunes couples et célibataires pour de courtes durées), mais c’est le début de la révolution. Faute de moyens, les français sont encore peu nombreux à découvrir les joies de la mer auxquelles ils préfèrent les bords de Marne. Mais déjà, les vacanciers profitent de séjour en campagne, souvent chez des amis ou dans la famille et commencent à apprécier ces moments de détente. Un arrêté de 1939 accorde même une semaine de vacances scolaires à Noël et 2 semaines  à Pâques. La Seconde Guerre Mondiale viendra mettre entre parenthèse les préoccupations de vacances des européens.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les français redécouvrent les joies des vacances, et massivement cette fois. La forte croissance de l’industrie automobile incite la population à partir plus facilement. Les Juillettistes et les Aoutiens profitent en famille de leurs temps libres, les côtes françaises sont envahies et les embouteillages estivaux marquent le début des vacances massives en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.